Tips du Caviste – Évitez les mauvaises odeurs

publié le 23 août 2016

Match du Jour : Bourgogne – Languedoc-Roussillon

publié le 23 août 2016

Voyage Gustatif Hongrie

publié le 23 août 2016
LES_TIPS_DU_CAVISTE_Août
LE MATCH DU JOUR
Nicolas_VoyageGustatif_Hongrie

La tradition viticole hongroise remonte à l’empire romain. Après une interruption, correspondant à la Seconde Guerre Mondiale, les vins hongrois sont aujourd’hui de retour sur la scène des grands. En effet, la Hongrie est le 14ème pays producteur avec seulement 150 000 hectares dispersés sur 22 régions, l’équivalent de 1/3 de la production française.

On y produit principalement des vins blancs aux saveurs épicées, dont les très recherchés vins du Tokay ( Tokaji en hongrois).

 

Voyage en terres inconnues

Berceau du Tokay, le Nord du pays est cultivé sur 7000 hectares de terre volcanique et jouit d’un climat continental impliquant des hivers très froids et des étés très chauds, tempérés par les masses d’air de la façade adriatique.

Ainsi, dans ce climat propice à la pourriture noble, la dernière semaine du mois d’Octobre, les vendangeurs récoltent les raisins déshydratés dans des hottes nommées « Puttonyos », de 27 à 80 litres. Ces raisins ainsi récoltés forment une pâte compacte, très sucrée, nommée « aszu ».

Ce nectar issu des seuls grains botrytisés, est ajouté à un fût de vin blanc sec d’une base de 136l. Le nombre de « Puttonyos » ajouté détermine le style du vin, (allant de 1 à 6) plus les « Puttonyos » sont nombreux, plus le vin sera apte à vieillir.

L’un des principaux cépages de Tokay est le Furmint, qu’on retrouve dans le Tokaji Aszu 5 Puttonyos Disznoko 2007.

 

Des accords gourmands

Ce vin, selon sa teneur en sucre s’accordera parfaitement sur des tartes tatin, aux fruits, fruits confits, tous desserts ayant rapport aux fruits mûrs, rôtis comme le Rétes version hongroise du strudel autrichien. Il s’agit d’un d’une pâte très fine fourrée avec du fromage blanc, de la pomme ou des griottes. Le rétes est célèbre dans le monde entier, au 19ème  siècle,  à Paris,  l’hôtel Ritz proposait un « rétes hongrois » dans son restaurant. Ou, le Zserbó , petit dessert inventé par le célèbre pâtissier budapestois d’origine suisse Émile Gerbeaud. Le zserbó est un petit gâteau composé de différentes couches : pâte, noix et confiture le tout surmonté par un peu de chocolat.

Un dessert contrasté qui fera ressortir les arômes d’épices et minéraux qui caractérisent ce vin exceptionnel.

Plus ancré dans nos traditions, il sera également excellent en accompagnement du fromage persillé, tel un roquefort.

Enfin, comme tous les grands vins, il se laisse apprécier, seul, entre deux repas, et avec ses amis les plus chers !

En vous souhaitant un beau voyage gustatif !