Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Avec quoi faut-il boucher le vin ? Liège, synthétique capsule, qu’en penser ?

publié le 4 décembre 2018

NICOLAS II, Tsar de Russie

publié le 4 décembre 2018

Quel rapport entre le vin et les chauves-souris ?

publié le 4 décembre 2018

La réponse est : la lutte biologique contre un insecte ravageur de la vigne !

Les chauves-souris fréquentent volontiers le vignoble et s’y nourrissent volontiers du « ver de la grappe », le ver d’un papillon de nuit qui infeste parfois le vignoble et perfore les grumes de raisin entraînant des pertes de production si on ne lutte pas contre. La lutte est bien sûr le plus souvent chimique. Pourtant la chauve-souris pourrait être un moyen de peut-être faire autrement. C’est la question que se posent quelques vignerons et à laquelle NICOLAS s’intéresse à leur côté.

Alors comment savoir ?

D’abord vérifier que la Dame de la nuit est présente sur le territoire qui nous intéresse. Pour cela on a recours à un biologiste naturaliste spécialisé ; avec son aide on peut compter les différentes espèces et individus qui vivent aux abords d’une parcelle en faisant des enregistrements de leurs cris la nuit lorsqu’elles chassent. Puis mettre des pièges à papillons pour comptabiliser leur densité de population à cet endroit. Rapprocher cette mesure des mesures faites pour l’appellation toute entière pour voir si les lieux sont sur-exposés.

Si c’est le cas on pourra mettre en évidence que cette exploitation manque d’espaces pour que les chauves-souris puissent y nicher : elles ont besoin de lieux sombres en journée.

Alors il suffira de replanter des haies, de ne plus abattre tous les arbres creux, d’obstruer les portes et fenêtres des vieux cabanons pour que l’amie chauve-souris s’installe sur le Domaine. Et si elle y vit bien, elle y restera et elle y chassera avec efficacité.

Ceci fait on procédera de nouveaux aux comptages d’individus et probablement la pression du ver de la grappe diminuera d’autant que le nombre de chauves-souris augmentera. Voilà, la lutte biologique c’est ça ! NICOLAS encourage ce genre de démarches chez quelques-uns de ces fournisseurs pour inciter la multiplication de ces changements de pratiques.