Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le tour de… Paris à vélo pour Saint-Émilion !

publié le 31 juillet 2018

Invitez le vin à l’apéritif !

publié le 31 juillet 2018

H comme Hitchcock

publié le 31 juillet 2018

Alfred Hitchcock

1899-1980

Cinéaste Britannique

Grand amateur de Bourgogne

Nous sommes nombreux à avoir aimé et vibré aux intrigues des films d’Alfred Hitchcock. L’été, les festivals et projections en plein air offrent encore l’occasion de revoir les images mythiques de ses célèbres tournages, parmi lesquelles celle où l’on voit Cary Grant et Ingrid Bergman dans le film Les Enchaînés (V.O: Notorious), découvrir que le vin d’une bouteille de Pommard a été subtilisé pour être remplacé par de l’uranium, sujet central de l’intrique. En vérité cette scène fut, à sa manière, un éloge du maître aux vins de Bourgogne.

La longue carrière cinématographique d’Alfred Hitchcock, avec plus d’une cinquantaine de films à son actif, est liée à une permanente évocation et à sa passion aux vins, léguant à la postérité des images inoubliables, fortes d’une identité française viticole et gastronomique. C’est pourquoi consciente de cette promotion artistique, La Confrérie des Chevaliers du Tastevin aura voulu, en mai 1960, remercier le grand cinéaste en l’invitant et en l’intronisant parmi eux au château du Clos Vougeot.  Il semble qu’Alfred Hitchcock en fut sincèrement très honoré. Ce fut l’une des rares occasions où on le vit sourire.

La rondeur de l’homme ne pouvait contredire sa réputation d’épicurien. D’ailleurs il aimait se vanter, avec cette distinction si british, de posséder les plus belles bouteilles d’Hollywood. Quand l’occasion se présentait, il acceptait avec fierté d’ouvrir et de faire visiter sa cave à ses invités. Mais attention, nul ne devait toucher ou saisir un quelconque flacon, faute de quoi il lui en coûtait d’être répudié à vie par le réalisateur.

Bien entendu, tous les premiers grands crus classés du Médoc ainsi que le remarquable vin du château Cheval Blanc à Saint-Emilion figuraient en tête de ses nectars vénérés. Mais lorsqu’il se délectait d’une sole de Douvres, Hitch ne concevait d’autre vin blanc qu’un Montrachet.

Son intérêt œnologique s’est d’ailleurs inscrit très tôt dans son œuvre cinématographique. Son second film produit en 1928 en Grande-Bretagne, s’intitulait déjà Champagne. La version française lui attribuera un titre hélas moins évocateur « À l’Américaine ». Cette comédie légère se situe dans l’univers des marchands de Champagnes. Ce film a pu d’ailleurs être sauvé de l’oubli et restauré grâce aux actions de mécénats des Maisons de Champagne en association avec le British Film Institut.

En 1979, après avoir reçu l’Hommage de l’American Film Institute, Hitchcock prenait sa retraite. Dans les dernières années de sa vie, Sir Alfred appréciait tout particulièrement le cocktail mimosa (jus d’orange avec champagne). Alfred mourut le 29 avril 1980 à 9h17…….   Après tant de crimes et de meurtres, se souvint-il alors, dans cet ultime moment, du lieu où son héros Norman Bates, le fils assassin de Psychose, cacha sa mère défunte ? ….. C’était à la cave…