TOUT VIN A BULLES N’EST POINT CHAMPAGNE

publié le 28 mai 2018

C comme CHURCHILL

publié le 28 mai 2018

Du verre au vert

publié le 28 mai 2018
Remuage chez Taittinger ©Louis Teran
SIR WILSON S. CHURCHILL
pavé_DD

La Semaine européenne du développement durable a lieu chaque année du 30 mai au 5 juin. Elle a pour objectifs de promouvoir le développement durable, de sensibiliser chacun à ses enjeux et de faciliter une mobilisation concrète tant individuelle que collective. En 2017, de nombreux citoyens répartis dans 30 pays, membres ou non de l’Union européenne, ont participé, avec 3 978 initiatives, activités et événements, dont 1 291 en France !

 

NICOLAS S’ENGAGE POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE.

UNE APPROCHE RESPONSABLE ET DURABLE DE NOTRE MÉTIER.

 

L‘engagement pour le développement durable est un des piliers de la démarche qualité Nicolas. Depuis plusieurs années déjà, nous mettons en place un certain nombre d’actions pour réduire notre empreinte CO2, lutter contre le gaspillage et encourager le tri et le recyclage.

Notre détermination est grande, et certains résultats sont déjà de vrais motifs de fierté. Comme par exemple, les quelques 2 000 chênes lièges replantés grâce à notre programme de collecte de bouchons de liège et au projet que nous avons pour le recyclage des bouchons synthétiques.

Ce vrai travail de fond, que nous menons pour préserver notre environnement, qui ne serait rien sans l’implication de nos cavistes au quotidien.

  • Tri et recyclage des déchets de notre activité : carton, verre, papier, bouchons, plastique, outils informatiques et mobilier obsolètes.

Collecte de bouchonsNICOLAS POUSSE LE BOUCHON TRÈS LOIN
Le liège : le seul composant qui n’avait pas sa filière de recyclage. Nous l’avons créée dans une logique d’économie circulaire : le bouchon de liège est collecté depuis fin 2013 par nos 500 magasins, le liège est revendu pour devenir de l’isolant dans le bâtiment et les sommes collectées sont adressées à la Fédération Française du Liège qui a mandat de NICOLAS pour planter des chênes liège sur des parcelles dédiées à la forêt dite « forêt NICOLAS » sur la commune du BOULOU dans le Roussillon (à date elle compte plus de 2000 arbres plantés).

Nicolas recycle aussi les bouchons synthétiques. Rapportez- les en magasin, nous les donnerons à l’association « 1 bouchon une espérance » www.bouchon-esperance.fr qui avec le fruit de leur vente à des usines qui recyclent le plastique en matière première renouvelée, achète des équipements pour les personnes handicapées les plus démunies.

  • Nombreuses collectes pour le recyclage auprès du personnel du siège et des cavistes : collectes de piles, téléphones portables usagés pour le reconditionnement, cartouches d’impression pour les reconditionner etc…
  • Formation pour les cavistes au développement durable et aux différents labels agroécologiques des vins.
  • La sensibilisation du personnel et des cavistes à tous les éco-gestes simples et utiles (ex : impressions papier réduites à l’indispensable, chauffage modéré des lieux de travail, distribution non systématique des sacs plastiques… dans le cadre d’une campagne nommée « du verre au vert »
  • Une politique d’éco-conception des vins NICOLAS s’appliquant à leur conditionnement (étiquette, verrerie, bouchons…)
  • Une réduction de notre impact sur la consommation de carburants fossiles pour la livraison des magasins.
  • Respect de la charte co2 encadrée par l’ADEME pour les métiers du transport. Avec la mise en place d’une formation à l’éco-conduite pour les chauffeurs dans le cadre de cette charte.
  • Mise en place de l’éclairage 100 % LED progressivement dans nos magasins et fait à notre entrepôt ce qui réduit par 6 la consommation énergétique.
  • Utilisation de bois issus de forêts éco-gérées (labels PEFC ou FSC) pour l’équipement des magasins et la fourniture de papier.
  • Attention particulière aux effets sur la santé des produits utilisés dans l’équipement de nos magasins.

ruches Nicolas

  • L’installation de ruches : Apiterra a installé 2 ruches le 27 mars au siège social de Nicolas à Thiais, dans le Val de Marne. Par les abeilles nous avons aussi accès à une autre manière de créer du lien : entre nous, personnels du siège, – lorsque nous ferons l’extraction du miel et sa distribution -, et avec nos fournisseurs, auxquels nous pourrons parler de notre expérience. Peut-être qu’eux aussi, séduits par la facilité de la démarche, installeront des ruches à leur tour. Le développement durable c’est aussi ça : le cumul des petites actions qui finissent par compter. Au 24 mai, déjà 3 rehausses (étages) chargées de miel en moins de 3 mois ! Les abeilles sont en forme au siège de Nicolas !

Logo_ECOCERT_Environnement_FR_QLa politique de développement durable fait partie des points audités chaque année par ECOCERT environnement à la demande de NICOLAS qui prouve ainsi la valeur de son engagement.

 

 

Côté VIGNOBLES, NICOLAS facilite les mises en relations autour de ces sujets, exprime un avis consultatif s’il est demandé, bref agit à côté de ses partenaires afin que ces démarches soient multipliées tout en restant attentifs à ce que peuvent représenter des changements de pratiques, des investissements en nouvel équipement…

Voici quelques témoignages de partenaires très investis en viticulture éco-responsable :

La Cave de Tain

Vue pano Hermitage de Tournon« Avec 11 autres groupements a fondé le collectif « Vignerons en développement Durable », premier collectif « RSE » à spectre large (de la vigne au consommateur) spécifique au monde viticole. Il est souvent connu sous le terme VDD. Après avoir écrit le référentiel, ce collectif a organisé avec l’aide d’un organisme tiers l’audit et la certification des membres. Ainsi la Cave de Tain est labellisée depuis 2009 et depuis a vu régulièrement son certificat renouvelé.

Charte logo VDD vert + bleu mai 2012Cette démarche correspond à l’essence même de la cave de Tain qui est inféodée à un territoire car nous ne vinifions et ne commercialisons que les vins issus de nos raisins et des raisins de nos adhérents. Nous sommes donc tous ensemble à promouvoir une coopérative accrochée à son territoire. Environnement, sociétal et économique sont notre credo. Notre essence est donc le développement durable. »

Xavier GOMART, Directeur de la Cave de Tain

Un aperçu en bouteille…

Château Haut-Rian

Pauline Lapierre, viticultrice

Pourquoi s’être engagé dans le développement durable ?

« Nous nous sommes engagés dans le développement durable car dans notre métier, nous travaillons chaque jour la vigne, une plante pérenne. Nos vielles parcelles de Sémillon, plantées en 1943 nous donnent encore des raisins remarquables et il faudra attendre une quinzaine d’années pour que les Petits Verdots plantés cette année s’assagissent et donnent le meilleur d’eux-mêmes. Penser à long terme et préserver notre écosystème (nos terroirs, nos vignes, nos équipes, nos voisins, nos fans) est un enjeu vital. »

Que faites-vous en matière de Développement Durable ?

« Le Château Haut-Rian c’est d’abord une petite entreprise familiale où travaillent 9 personnes. Nous aimons les actions concrètes et adorons notre région, nos paysages et nos parcelles. Nous avons donc décidé (avec l’appui de NICOLAS) de planter une haie de plus de 200 mètres pour créer un réservoir de biodiversité. C’est l’association Arbres et Paysages en Gironde qui nous a conseillé : l’idée était de créer un corridor écologique avec des essences exclusivement locales (en d’autres termes un petit coin sympa) pour que les oiseaux en déplacement sur notre coteau planté de vignes aient un endroit agréable pour faire une pause. Futile pensez-vous ? Bien au contraire ! Certains oiseaux sont des prédateurs des vers de la grappe, ces petits vers qui peuvent détruire une récolte. Nous espérons ainsi favoriser le contrôle naturel des populations de vers de la grappe et pourquoi pas, profiter de quelques pêches de vignes lorsque nous travaillons dans la parcelle de Saint-Seurin, juste à côté. »

Un aperçu en bouteille…

Château Cormeil-Figeac

CORMEIL FIGEACCoraline et Victor Moreaud, frère et sœur reprennent « sur le tard » la propriété familiale en 2012 pour la quatrième génération. Victor est notamment responsable du vignoble, architecte-paysagiste de formation, il apporte dés son arrivé sa sensibilité à la nature et mène une démarche environnementale raisonnée.
HVE« Nous n’utilisons aucun désherbant chimique et aucun produit cancérigène sur l’exploitation. Depuis 2017 nous sommes certifiés HVE (Vignoble de Haute Valeur Environnementale) et Iso 14001 (norme environnementale internationale). Nous faisons partie des Fermes Déphy pilotes,  misent en place par le Ministère de l’Environnement pour démontrer que la réduction de l’emploi des produits phytosanitaires est possible et nous dédions une partie de notre vignoble à l’expérimentation scientifique pour faire évoluer les pratiques des viticulteurs bordelais.
Depuis 2017, avec l’aide de NICOLAS, client historique de la propriété, nous travaillons sur la mise en place de semis de plantes annuelles entre les rangs de vignes afin de créer des symbioses et améliorer la qualité de nos sols. »

Victor MOREAUD

Un aperçu en bouteille…

Château de la Pierre BDBrouilly Château de la Pierre

Renforcer la pureté des sols

Parce que nous aimons nos terres, que nous habitons nous-même au milieu des vignes et que nous avons la volonté de produire des vins de haute valeur pour nos clients, nous avons décidé de mettre en place un plan de gestion durable de nos parcelles. La qualité de nos vins passe en premier lieu par l’état de nos sols dans lesquels puisent les racines de nos ceps. Cette exigence a nécessité depuis une dizaine d’années de repenser notre conduite du vignoble en le renouvelant et le modernisant, avec l’appui technique de notre agronome, Rémi Vincent, dans une région où le relief complique la culture de la vigne.

Les parcelles de Brouilly du Château de la Pierre se trouvent au pied du Mont Brouilly, ces vignes témoignent bien de l’évolution de la culture de la vigne menée par la Maison Jean Loron.


Il y a encore de très vielles vignes, puis d’autres palissées, plus jeunes, permettant des interventions mécanisées comme le broyage des sarments occasionnant une restitution naturelle de la matière organique.

Outre le palissage, la plantation d’une nouvelle vigne va exiger un plus grand écartement des rangs. Cet inter-rang rendra possible non seulement un désherbage mécanique sur la ligne des ceps, mais aussi l’implantation d’un couvert végétal entre les rangs empêchant les mauvaises herbes de faire leur apparition.

 

Aussi, avant une nouvelle plantation, un cahier des charges précis a été établi : arrachage des anciennes vignes, déracinage minutieux et semis de couverts végétaux spéciaux pendant 2 ans minimum. Pour aller plus loin, depuis 2 ans, nous travaillons avec une jeune entreprise locale sur une technique innovante de semis de plantes phyto-remédiatrices.

Ces plantes ont la capacité de diminuer naturellement la teneur en cuivre et métaux lourds du sol. Ainsi, nos terroirs à la pureté renforcée, sont optimisés pour accueillir les nouveaux ceps de vignes.

Une fois le travail accompli de ces plantes, celles-ci sont exportées de la vigne. Aussi, une voie expérimentale amène à penser que le cuivre contenu dans les plantes pourrait être réutilisé à doses homéopathiques sur les vignes pour lutter contre certaines maladies.

Rémi Vincent, agronome de la Maison Jean Loron

 Un aperçu en bouteille…

Menetou Salon Domaine de Châtenoy

Domaine de Châtenoy« L’écoute attentive de la nature, le respect des traditions et du terroir ne sont pas des idées nouvelles chez nous : c’est ancré dans nos gênes, transmis de génération en génération.

En cave, après un long travail de réflexion et d’expérimentation nous sommes partisans de la « non intervention » dans les vinifications : levures naturelles, élevages sur lies afin d’exprimer la biodiversité de nos terroirs. 

SONY DSC

Également, pour éviter tout risque lié à l’utilisation de produits chimiques lors du nettoyage de la cuverie, la désinfection est effectuée avec de l’ozone qui est un produit naturel, inoffensif pour l’environnement et sans danger pour l’utilisateur et le consommateur. L’ozone se transforme en oxygène en quelques minutes, cela ne laisse donc aucun résidu.

Nos terroirs sont en lutte raisonnée depuis plus de 15 ans.  Nos vignes sont enherbées, nous pratiquons également un ébourgeonnage rigoureux avec un effeuillage systématique qui nous permet de récolter de beaux raisins sains sans utilisation de fongicide spécifique. De plus le travail du sol sous le rang permet de limiter voire supprimer l’utilisation d’herbicide.

Le domaine est accrédité TERRA VITIS.

ImpressionLa certification Terra Vitis accrédite notre respect au quotidien du vignoble et des hommes.

Terra Vitis s’inscrit dans une démarche de viticulture durable et raisonnée. Cette démarche contribue au respect de la nature et garantit des vins élaborés selon un processus rigoureux. Ainsi, toutes les interventions, dans les vignes comme en cave, sont raisonnées afin d’éviter tout impact négatif sur l’environnement, sur l’homme et sur le vin. »

Isabelle & Pierre Clément

Un aperçu en bouteille…

 

vignerons

Plaimont

« Relever les challenges de demain se prépare aujourd’hui…

Nos travaux de recherche et développement nous aident à apporter des solutions aux grands enjeux qui se présentent à nous.

Au travers de cépages autochtones redécouverts, de conduites vignobles toujours plus respectueuses de notre environnement et de techniques de vinification plus justes, nous emmenons tout un territoire vers des produits plus adaptés à leur endroit, plus sains, à la fois riches en goût, digestes et capables de raconter notre façon de vivre.

 Au-delà de la typicité et de l’originalité de ses vins d’AOC St Mont, Madiran, Pacherenc du Vic Bilh et d’IGP Côtes de Gascogne, Plaimont s’engage vis-à-vis de la diminution drastique de l’utilisation des produits phytosanitaires ( Avec la mise en place d’un réseau de 12 stations météos liées à des outils mathématiques prédictifs du risque épidémiologique pour les principales maladies, des réseaux de piégeage pour les ravageurs et de parcelles témoins, le raisonnement de la protection du vignoble a permis de diminuer les Traitements de 30% en moyenne par comparaison à 10 ans en arrière ).  Les analyses de résidus réalisées sur nos vins démontrent les résultats exceptionnels de cette stratégie avec une qualité de nos cuvées qui tend année après année vers un zéro résidus mesurables. De plus, des travaux expérimentaux (dont certains mis en place en partenariat avec NICOLAS) nous apportent des solutions pour limiter l’utilisation des désherbants chimiques en préconisant la mise en place des couverts végétaux associés au travail mécanique du sol.

Nos travaux exceptionnels pour la préservation et la remise en valeur de nos cépages autochtones font de Plaimont le leader français en termes de maintien de la biodiversité génétique dans son vignoble. Le plus important conservatoire privé de cépages (37 cépages exceptionnels) situé dans l’AOC St Mont vient de permettre la redécouverte et la remise en production du « Manseng Noir » et du « Tardif » autour desquels nous souhaitons réécrire l’Histoire des Grands Vins du Piémont pyrénéen.

L’implication de Plaimont dans la vie de son territoire ont permis de redonner un élan à tout l’Ouest du Gers sur le plan :

. économique ( Vins présents chez les plus beaux cavistes et spécialistes vins du monde… ),

. culturel ( Premier partenaire du Festival de Jazz in Marciac, des Nuits musicales en Armagnac et des principaux évènements culturels gersois, Mécène de la « Galerie bleue »… ),

. patrimonial ( Remise en valeur de 12 Châteaux promis à l’abandon ou à devenir une « Résidence secondaire » dont le Monastère de St Mont qui va être réhabilité en Hôtel Restaurant de charme et devenir la vitrine de l’œnotourisme local ),

. éducatif ( Partenariat avec le Lycée Viticole de Riscle, lycée viticole majeur des Vins du Sud-Ouest ),

. de la recherche (grâce à un pôle Recherche et Développement piloté par Nadine Raymond qui travaille sur l’ensemble des sujets qui préparent nos dénominations aux grands enjeux de demain). »

 Olivier BOURDET-PEES

Directeur Général

Un aperçu en bouteille…

 

Les Vignerons de Buzet

Parce que les consommateurs, de plus en plus informés et responsables, veulent des produits sains la coopérative Les Vignerons de Buzet, influenceur et précurseur dans ce domaine, élabore et met en valeur un vin respectueux de l’Homme et de la Nature en se donnant les moyens d’agir, de façon éthique et pérenne, du pied de vigne au plaisir de la dégustation.

verre-vin-vignerons-de-buzet-ambiance

Un aperçu en bouteille…

Colombo

Domaine :

Jean-Luc Colombo et sa famille vivent au cœur de leur vignoble de Cornas et du haut de leur colline, ils mettent un point d’honneur à cultiver et entretenir le vignoble dans le plus grand respect de l’environnement. Ils s’engagent à préserver la biodiversité naturelle de Cornas et à sauvegarder la flore et la faune autochtones.

Depuis 2012, le domaine Colombo s’est engagé auprès de l’organisme certificateur ECOCERT à pratiquer une agriculture biologique. La certification officielle est effective depuis le millésime 2016.

Terroir :

Une appellation : Cornas aux origines de la Syrah

Petite appellation de 110 hectares en terrasses granitiques abruptes surplombant le Rhône, Cornas a vu naitre la Syrah. Elle y a trouvé son expression la plus pure et est aujourd’hui l’unique cépage. Les hommes qui la cultivent sur cette terre sont dépositaires de cette tradition millénaire.

Un terroir unique et préservé au milieu des bois de chênes verts et de genévriers confère aux vins leur minéralité et leur profondeur. Ces vins élégants, complexes et puissants aux arômes de réglisse, de cassis, de violette et d’iris ont fait valoir à l’appellation Cornas le rang de «Meilleure appellation de la Vallée du Rhône» par La Revue du Vin de France en 2005.

Abeilles :

La Famille Colombo a un affect particulier pour les abeilles et s’occupent sur leurs propriétés à Cornas et St Péray de ruches qui produisent du miel pour leur consommation quotidienne.

Le premier vignoble Colombo, acheté en 1986, se nomme « Les Ruchets », en l’honneur des colonies d’abeilles trouvées sur ces terres. Les cuvées des Abeilles font échos à l’âme du domaine Colombo, le Cornas Les Ruchets.

La Famille Colombo s’engage à préserver la biodiversité. Cela ne peut être accompli qu’en pratiquant une culture des vignes où aucun pesticide n’est utilisé et en préservant et plantant des espèces mellifères au sein du vignoble. L’histoire des abeilles se confond avec celle du vignoble : bâtir, sauvegarder, butiner, cueillir, récolter…

Pour aider à lutter contre leur disparition Jean-Luc Colombo a mis en place un programme « Bee Helpful », avec des dons allant notamment à l’association L’Arbre aux Abeilles, qui a pour but de protéger les abeilles noires, natives du sud de la France.

L’eau :

Pas d’irrigation afin de favoriser un enracinement profond des vignes et ainsi permettre la meilleure expression du terroir et le respecter la climatologie, en soit le millésime (soleil + pluie).

Laure Colombo, vigneronne

Un aperçu en bouteille…

Champagne Deutz

Démarche Viticole:

Le vignoble de la Maison Deutz est engagé dans une démarche de viticulture durable depuis bien longtemps. Ainsi que le disait le Chef de Culture de Deutz il y a 25 ans « On a toujours vu des coccinelles dans les vignes de Deutz » Notre Maison s’appuie d’abord sur le référentiel du « Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne » qui comporte 125 exigences sur tous les thèmes : gestion de l’exploitation, aménagement et établissement du vignoble et des structures d’exploitation, nutrition du sol et de la vigne, entretien des sols, conduite de la vigne, protection raisonnée du vignoble, mise en œuvre des produits de protection de la vigne, gestion des déchets. Produire dans le plus grand respect de l’environnement est un devoir pour une Maison comme la nôtre. Notre politique actuelle dans ce domaine comporte cinq axes majeurs :

  • Maîtriser les nuisances et les risques liés à l’utilisation d’intrants. Cela se traduit concrètement par le respect des équilibres naturels et la prophylaxie, par une meilleure évaluation des risques (suivi de la météorologie, réalisation d’observations parcellaires, suivi de réseaux et d’avertissements et prise en compte de seuils d’intervention), par le choix de produits moins dangereux pour l’homme et l’environnement (comme par exemple la mise en place de la technique de confusion sexuelle sur l’ensemble du vignoble)ou encore une meilleure maîtrise des applications. De nombreuses parcelles sont aujourd’hui enherbées et travaillées mécaniquement afin de réduire l’utilisation d’herbicides.
  • Préserver et mettre en valeur les terroirs, la biodiversité et les paysages. Nous sommes engagés sur plusieurs communes dans des associations de propriétaires pour la mise en place d’aménagements hydrauliques permettant de maîtriser les risques liés au ruissellement et à l’érosion. Nous veillons à raisonner la fertilisation par la réalisation d’analyses de sol et la mise en place d’une stratégie de fumure à la parcelle. Enfin, nous avons mis en place depuis peu un programme de replantation de haies et entretenir le bâti traditionnel afin d’améliorer la biodiversité et les paysages viticoles.
  • Gérer de manière responsable l’eau, les déchets et les effluents. Nos interventions sont réalisées avec de l’eau de pluie et nous participons à l’ensemble des collectes de déchets spécifiques de la filière agricole (big bags d’engrais, emballages vides divers, huile usagée de vidange des tracteurs…). Nous valorisons l’ensemble de la biomasse ligneuse issue de la taille : restitution des bois de taille pour parfaire le taux de matières organiques du sol et collecte des bois âgés de deux ans et plus ainsi que les ceps issus des arrachages pour valorisation énergétique. Enfin, une aire de lavage dédiée permet de récupérer puis traiter les effluents de lavage des tracteurs
  • Diminuer l’empreinte carbone du vignoble. Cette préoccupation en lien avec le défi énergétique et climatique est récente. Elle débute par un état des lieux. Pour ce faire, un Bilan Carbone des activités du vignoble a été réalisé. Des voies d’amélioration ont été identifiées, elles concernent essentiellement la traction à la parcelle (augmentation de la largeur de travail, travail combiné, optimisation des circuits des engins…), l’adoption d’une politique d’achat responsable et la poursuite de la mise en place de la viticulture durable au sein de l’exploitation.
  • Accompagner nos livreurs sur la voie de la Viticulture Durable en organisant des réunions thématiques. Un forum d’échanges techniques a par ailleurs été créé pour nous aider dans cette besogne et garder un contact régulier avec chacun d’entre eux. Afin de gérer la traçabilité, nos livreurs ont dorénavant la possibilité d’accéder individuellement à un outil informatique sécurisé.

L’ensemble de ces engagements s’est traduit par l’obtention de deux certifications environnementales en 2015 et d’une troisième en 2017 : la certification : « Viticulture Durable en Champagne« , la certification « Haute Valeur Environnementale« , la certification « Viticulture Durable en Champagne : travaux et services ». Ce sont des démarches volontaires. Deux d’entre elles sont portées par l’interprofession champenoise mais sont reconnues au niveau national et contrôlées par un organisme certificateur indépendant, la troisième est issue du Grenelle de l’environnement et se substitue la démarche Agriculture raisonnée aujourd’hui disparue. Elles garantissent le respect de pratiques environnementales couvrant l’ensemble du processus viticole.

Démarche œnologique :

– L’utilisation de produits œnologiques est réduite au minimum, d’abord et essentiellement par respect du produit mais également pour réduire l’impact environnemental. A titre d’exemple, l’utilisation du jetting au dégorgement a permis de réduire sensiblement les doses de SO2 dans les champagnes. – L’utilisation à minima des produits de nettoyage : la quasi-totalité des cuves inox sont en recuit brillant qui évite l’adhésion du tartre sur les parois des cuves. Cela a permis une forte réduction de la consommation de soude. – L’injection de CO2 dans l’eau a également permis de réduire le volume d’eau de rinçage des cuves après détartrage. – Toutes les eaux usées sont envoyées en station d’épuration ou sont utilisées en épandage agricole. – La totalité des sous-produits (lies, bourbes, aignes, tartre) sont valorisés ou recyclés. – L’ensemencement FML (fermentation malolactique) est réalisé le plus rapidement possible après la FA (fermentation alcoolique) afin de profiter de la chaleur produite par la FA et pour limiter au maximum le maintien des vins à 19 – 20°C. – Les bouteilles allégées sont utilisées pour la quasi-totalité de la production (hors cuvées « Amour de Deutz » et « William Deutz »). – L’utilisation d’un fluide caloporteur au dégorgement issu de la chimie verte et non du pétrole. – Recyclage de la totalité des emballages produit par le tirage. – Recyclage des bidules, capsules et verrerie cassée et les déchets d’emballage. -Réduction des emballages de matières sèches. 2/2

Un aperçu en bouteille…

Châteaux et Domaines Castel

castelDepuis le millésime 2009, Château Cavalier est membre actif de Terra Vitis : une certification unique en termes de viticulture durable et raisonnée. Pour Clément Brun, directeur technique de la propriété, la force de Terra Vitis réside dans son approche globale, agissant à la fois sur les aspects environnementaux, sociaux, et économiques. Sur le terrain, cette approche se traduit par plusieurs actions concrètes et innovantes. Impression

 En vue de mettre en pratique cette approche durable, d’importants travaux sont en cours au niveau des sols. Le travail mécanique permet de détruire sélectivement les mauvaises herbes sans endommager les vignes, et sans recours aux herbicides.

 La propriété fabrique son propre compost, profitant ainsi des ressources naturelles qui sont à portée de main, tout en diminuant de façon significative ses déchets. Ceci permet notamment de supprimer l’utilisation d’engrais chimiques.

 L’enherbement joue un rôle de plus en plus important dans la protection des sols. Un essai est actuellement en cours sur une parcelle qui sera plantée en 2019 : des semis (céréales, trèfle et légumineuses variées) ont été installés en tant qu’engrais verts, source d’azote naturelle et durable.

 Le climat chaud et sec de la Provence des Terres fait de l’irrigation une problématique importante. Au Château Cavalier, deux grands bassins permettent de récupérer pendant l’hiver l’eau de pluie, qui est ensuite utilisée pour arroser les vignes pendant l’été. Conjointement à la mise en place de refuges à insectes et prédateurs partout sur le domaine, la présence de ces grands bassins encourage activement la biodiversité.

 Toutes ses actions s’inscrivent dans une démarche Terra Vitis : l’adéquation de la vigne et son environnement mais aussi les hommes et les femmes qui y travaillent.

Un aperçu en bouteille…

 

Un feu d’artifices d’initiatives et d’énergies qui nous promettent de belles dégustations et pour longtemps…

Isabelle Johanet