Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

B COMME BONAPARTE

publié le 21 février 2018

NICOLAS expose Nicolas Barral

publié le 21 février 2018

C comme CHARLES CHAPLIN

publié le 21 février 2018

CHARLES SPENCER CHAPLIN – Dit CHARLOT 1889-1977

Acteur, cinéaste britannique.
Les Français furent les premiers à l’appeler Charlot. Il aimait venir en France. Il y séjourna la première fois en 1909 pour se produire au théâtre des folies bergères, à l’Olympia et à la Cigale. Pendant son séjour il ne daigna pas consommer champagnes et vins. Dans un bistrot de la rue Geoffroy-Marie dans le 9ème arrondissement de la capitale on lui servait alors un redoutable blanc sec qu’il buvait avec prudence. L’alcoolisme de sa mère, artiste miséreuse, qui se réchauffait au gin ou au mauvais whisky dans les bas fonds de Londres, l’avait profondément marqué. Alors qu’il arrive à Charlot d’interpréter un personnage épris de boisson –  rappelons-nous la scène comique dans Les Temps Modernes lorsque trois malfrats s’apprêtent à cambrioler le magasin et que Charlot bloqué devant un tonneau de rhum percé par les balles de revolver s’imbibe –  dans le privé l’homme ne se laisse jamais aller à l’inconvenance.

D’ailleurs pour Charles Chaplin le vin fait honneur aux hommes. Au point qu’il fera dire à son personnage dans le film Un Roi à New York « Le whisky ! Rien n’est plus rude à avaler… Dans les pays civilisés, on boit du vin ! »

Installé depuis 1912 aux Etats Unis, les restrictions d’alcools du fait de la prohibition sont inexistantes à Hollywood. Pour celui qui en a les moyens et qui peut payer le prix fort, il se voit proposer l’accès aux maisons closes où se vendent illégalement femmes et boissons. Charles Chaplin a d’ailleurs reconnu dans ses mémoires et sans vergogne, en avoir agréablement consommées….

En 1953 Chaplin et sa famille quittent la Californie pour s’installer en Suisse à Corsier sur Vevey, à proximité du Lac Léman, en plein pays de vignobles. Lorsqu’il se rend au restaurant, il ne commande jamais de bouteille très chère, plutôt un vin blanc du pays de Vaud. Car Charlie Chaplin ne comprend pas qu’un vin, même classé, soit coûteux. Pour boire de grands crus, il préfère se rendre chez ses amis notamment chez son voisin, l’écrivain Georges Simenon. Sir Chaplin le sait, la cave y est réputée et bien pourvue.

En vérité Charles n’a jamais oublié son double, Charlot, le petit clochard à la canne.