Nicolas et François [Avril]

publié le 8 novembre 2017

C’EST DE SAISON ! RIZ SAUTE AU PORC ET À L’ANANAS

publié le 8 novembre 2017

Beaujolais Nouveau – Une aventure réussie

publié le 8 novembre 2017
empty image
empty image

Pour ne pas déguster idiot…

René FalletLa célèbre formule ‘‘LE BEAUJOLAIS NOUVEAU EST ARRIVE’’ est extraite du titre du roman de René Fallet publié en 1975. L’histoire conte le parcours aventureux d’un certain Camadule chargé par ses copains de se procurer des barriques de Beaujolais mais qui reviendra, après maintes péripéties, avec des centaines de bouteilles du précieux vin primeur. Adapté au cinéma en 1978 par le réalisateur Jean-Luc Voulfow, il mit en lumière la belle complicité des acteurs Jean Carmet, Michel Galabru et Pierre Mondy.

POURQUOI LE GAMAY NOIR A JUS BLANC EN BEAUJOLAIS?

Le cépage Gamay, serait-il bien originaire d’un village de la Côte de Beaune ?

Gamay-commune-de-Saint-Aubin

(Photo FC)

Le Gamay porte le nom d’un hameau de Bourgogne situé à 15 km au sud de Beaune, aux voisinages de Saint-Aubin. Le bourg est dominé par la Roche Dumay. Il est impossible aujourd’hui de certifier avec certitude la provenance du gamay. Fut-il implanté par les romains ou était il déjà présent dans le sud de la Bourgogne ? La tradition suggère que le «plant gamay » aurait été rapporté de Palestine au XIIe-XIIIe siècle par un seigneur local. Autre version, son origine bourguignonne serait issue de l’hybridation naturelle du cépage gouais, un cépage prolifique très répandu au Moyen Âge et du pinot noir à l’origine de tous les grands bourgognes rouges. Les grandes variations climatiques de l’époque, la densité de plantation de multiples ceps peu définis, occasionnèrent probablement une mutation des vignes locales. Le gamay fut souvent appelé gamet, gaamez ou gamé. Il fallut attendre le congrès ampélographique de Chalon-sur-Saône en 1896 pour s’arrêter sur sa graphie actuelle.

Mais le décret d’arrachage du gamay promulgué par Philippe le Hardi, duc de Bourgogne en 1305 et confirmé par Philippe le Bon en 1459 fut quant à lui bien réel. Un cépage qualifié sous ces termes : « UN TRES MAUVAIZ ET TRES DELOYAUL PLANT NOMMEZ GAAMEZ, DUQUEL MAUVAIS PLANT VIENT TRES GRANT HABONDANCE DE VIN ET LEQUEL VIN DE GAAMEZ EST DE TEL NATURE QU’IL EST MOULT NUYSIBLE À CREATURE HUMAINE (…). » Cette ordonnance émise à Dijon qui défendait essentiellement les vins produits par ses seigneuries de Bourgogne destinés aux marchés étrangers, notamment vers la Flandre et l’Angleterre, ne fut que partiellement appliquée. En effet, il fut l’un des cépages les plus répandus et les plus cultivés du vignoble français jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Vin nouveau, une pratique initiée par le Beaujolais
Mais ce qui est certain c’est que la tradition locale du vin nouveau remonte au XIXe siècle, lorsque la fermentation s’achevait pendant le transport en barge sur la Saône jusqu’à Lyon, où l’on perçait les tonneaux à minuit. Les canuts, les ouvriers des soieries lyonnaises, avaient alors l’habitude de se retrouver après leur travail dans les bouchons de la ville pour y boire leur tout nouveau pot de Beaujolais.

Le 3e jeudi du mois de novembre, Un rendez-vous incontournable Chez Nicolas.

En 1966, Pierre Nicolas se convainc du potentiel de ce produit original, porté par la mode, et les magasins Nicolas deviennent alors le premier distributeur de beaujolais nouveau à grande échelle (quatre cents hectolitres, soit une très grande partie du volume de produit).
Selon le dicton populaire « le vent de novembre arrache la dernière feuille » mais pas seulement…. Depuis 1985, le 3e jeudi du mois de novembre est consacré à l’arrivée du beaujolais nouveau dans les cafés, bars, restaurants et bien entendu chez votre caviste Nicolas.
Dès le 16 novembre 2017, il vous sera possible d’acheter et de déguster le plus célèbre vin primeur du monde. Une bonne raison de faire la fête entre amis et de découvrir les arômes fruités et la vivacité gouleyante d’un vin produit avec un seul cépage, le gamay noir à jus blanc, dont le beaujolais nouveau permet, malgré sa jeunesse, de remonter le fil de l’histoire.

POURQUOI AVOIR CHOISI LE MOIS DE NOVEMBRE ?

Tout d’abord rappelons-nous que le nom novembre vient du latin november (de novem, NEUF), le neuvième mois de l’ancien calendrier romain. Une homophonie parfaite avec neuf-nouveau.

Quant au choix de la date de sortie du célèbre vin primeur elle n’est fixée au 3ème jeudi de novembre que de depuis 1985. Entre 1951 (date de reconnaissance de l’appellation  » beaujolais nouveau « ) et 1967, la date a de nombreuses fois varié. De 1967 à 1985 il fut choisi le 15 novembre. Mais du fait de sa proximité avec les commémorations du 11 novembre cette journée fixe ne convenait pas forcément aux organisateurs d’évènements festifs répartis dans toute la France et à l’étranger.

Il faut également souligner que si le Beaujolais est disponible aussi rapidement après les vendanges, c’est notamment en raison de son processus de fabrication, dans lequel seuls 4 jours sont nécessaires à la macération du vin.

La vinification par macération Carbonique ou Semi-Carbonique

La macération carbonique est une technique de vinification initiée en 1935 par l’œnologue Français Michel Flanzy. Elle est parfaitement adaptée à l’élaboration des vins primeurs et au cépage gamay. Dans le Beaujolais, une variation de cette technique est fréquemment employée, il s’agit de la macération dite «semi-carbonique». Les raisins entiers sont mis en cuve fermée saturée en gaz carbonique. Au bout de 2 à 3 jours de macération, le vigneron –  il faudrait citer un de vos producteurs ou négociant –  fait des remontages matin et soir : le jus du bas de la cuve est pompé et reversé sur le haut de la cuve. Le but est de donner de la couleur et de la structure au vin.
La durée totale de macération varie de 4 à 6 jours pour le Beaujolais primeur, de 6 à 8 jours pour le Beaujolais et Beaujolais Villages et de 10 à 12 jours pour les crus. Ensuite les raisins sont pressés dans un pressoir pneumatique. Les vins issus de macération carbonique se remarquent par leur souplesse, leur rondeur, leur moelleux, mais ils sont généralement à boire dans l’année, ils ne sont pas destinés à vieillir. Ils offrent l’avantage d’être frais, vifs et très fruités, idéals pour des grillades ou des repas à base charcuteries.

478449 478151 478448 

ÉCONOMIE & MARKETING

En 2017, plus de 30 millions de bouteilles de Beaujolais nouveaux seront commercialisées en France, mais aussi 50% à l’étranger.bouteille_bojo_nicolas_avril
Un vin primeur exporté dans 111 pays. Surtout vers l’Asie, principalement au Japon et en Corée du Sud où sont organisées de nombreuses manifestations ludiques. Aucune région viticole au monde n’a encore réussi ce prodige d’écouler aussi rapidement une telle quantité.

Aujourd’hui la concurrence des vins nouveaux est devenue très forte. Des vins primeurs de la vallée du Rhône, de Gaillac, de Touraine, du Languedoc et d’ailleurs viennent empiéter le marché traditionnel du beaujolais nouveau.

Conseils pour bien choisir son beaujolais Nouveau :
Pour apprécier de boire un bon beaujolais nouveau, il faut veiller à vous informer des conditions climatiques du millésime – pas trop de gel, de pluie – une chaleur modérée au moment des vendanges, de la pratique du vigneron ou du négociant (pas de chaptalisation excessive si autorisée, pas de goût de banane qui signifierait l’adjonction d’une potion chimique ; La présence gourmande au nez et en bouche des fruits rouges doit être soutenue par une belle fraîcheur.

LE VIN NOUVEAU QUI INSPIRE LES ARTISTES ET L’AMOUR

Peynet

Peynet (photo Corinne Lefort)

Raymond Peynet est né à Paris le jour du Beaujolais nouveau, 16 novembre 1908. A 15 ans, il entre aux Arts appliqués… école  située juste en face du bistrot de ses parents (auvergnats « montés » à Paris quelques années auparavant). Propos d’Annie Peynet, fille de l’artiste.

nectar

Le Beaujolais Nouveau de Nicolas croqué par François Avril

 

 

Cette année, NICOLAS a fait appel au dessinateur François Avril pour son étiquette où figure un Nectar moderne, assez bande dessinée, qui accourt comiquement en poussant son diable chargé de bouteilles et en disant je suppose « voilà, voilà ! ».

Venez découvrir l’ensemble des dessins de François Avril à la Galerie XIII/X 13 Rue Taylor, 75010 Paris.

Exposition du 17 au 26 novembre 2017.

 

LA CUISINE AU BEAUJOLAIS NOUVEAU

saucissonRECETTE DU SAUCISSON LYONNAIS
Pour ceux qui ne peuvent se rendre dans un bouchon (Brasserie populaire de Lyon)

Pour 4 personnes

1 saucisson de Lyon à cuire
50 cl de Beaujolais nouveau
2 brins de thym frais et de romarin
4 gousses d’ail
2 échalotes
Huile de tournesol
Persil plat
Poivre noir.

Dans une casserole, placez les gousses d’ail pelées et écrasées, les échalotes pelées et coupées en 4, le thym, le romarin et le saucisson. Versez le vin et laissez cuire à petits bouillons 30 minutes. Débarrassez le saucisson et laissez réduire le vin jusqu’à ce qu’il soit sirupeux (environ 15 min).
Servez le saucisson tranché arrosé de vin réduit et de persil haché. Dégustez bien chaud avec du pain de campagne.

CHOISIR D’ACCOMPAGNER LE PLAT AVEC LE MÊME NECTAR OU AVEC UN AUTRE BEAUJOLAIS NOUVEAU SERVI DANS UN VERRE BALLON POSÉ SUR UNE NAPPE A CARREAUX ROUGE ET BLANC

Corinne Lefort