Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La Chandeleur

publié le 2 février 2018

C comme CHARLES CHAPLIN

publié le 2 février 2018

B COMME BONAPARTE

publié le 2 février 2018

BONAPARTE n’était pas un amateur de vin. Eduqué dans les écoles militaires, il avait coutume déjà au réfectoire de manger assez vite et de boire la piquette servie mélangée avec de l’eau…

Pour autant longtemps le célèbre vin rouge de Bourgogne, le Chambertin, en fit un de ses amateurs se fiant aux écrits de l’ex-secrétaire de l’empereur, le bourguignon Louis Antoine Fauvelet de Bourrienne, natif de Sens dans l’Yonne. Voici ce qu’il nous conte : ‘‘Napoléon Bonaparte  se distinguait par son amour pour le Gevrey-Chambertin, l’un des plus grands vins de Bourgogne. C’était son vin préféré, son vin de tous les jours, qui le suivait dans chaque campagne militaire, y compris au cœur des plus terribles batailles’’. Ou bien encore ‘‘ En Égypte, il en emporta tellement qu’il ne réussit pas à consommer toutes les bouteilles sur place. Ramené en France, le vin s’avéra toujours aussi plaisant, ce qui confirma son statut d’excellent vin de garde’’. Commentaires émis par une personnalité véritablement éprise de vin en des termes qui laissent cependant songeur quand on sait le peu d’intérêt que portait Napoléon à la divine boisson. L’attachement  mais surtout la connaissance des vins de Bonaparte se réduisait à vouloir à sa table un vin rouge suffisamment tannique pour qu’il puisse le couper avec un volume équivalent d’eau….

Quant aux vins Corses. Point de référence dans la vie de Napoléon Bonaparte. Si ce n’est la possession de 2 hectares de vignes à proximité d’Ajaccio, la Sposata, au lieu-dit Bacciochi. Bonaparte reconnaitra dans ses mémoires avoir pu financer ses études sur le continent grâce aux revenus de la vigne de la propriété familiale. Aujourd’hui ce vignoble a disparu.